Initiative sur le logement : titre accrocheur, contenu nuisible

20.12.2019

Le sondage gfs.bern publié aujourd’hui montre qu’un OUI à un interventionnisme extrême sur le marché du logement risque de sortir des urnes le 9 février 2020. Deux tiers des électrices et des électeurs se disent prêts à accepter l’initiative sur le logement. Le comité « Non à l’initiative extrême sur le logement » fera tout ce qui est en son pouvoir pour exposer à la population les inconvénients majeurs de cette initiative populaire inefficace.

Selon le premier sondage de gfs.bern, deux tiers des électrices et des électeurs sont prêts à accepter l’initiative extrême sur le logement soumise à la votation populaire le 9 février 2020. Ce résultat n’est pas vraiment une surprise pour le comité « Non à l’initiative extrême sur le logement » dans la mesure où le titre de cette initiative populaire est séduisant. En revanche son contenu – quotas rigides, subventions inefficaces, frein à la rénovation énergétique – s’avère nettement moins alléchant que le titre.

Le comité « Non à l’initiative extrême sur le logement » – porté par la Fédération romande immobilière, le Hauseigentümerverband Schweiz et la Camera ticinese dell'economia fondiaria et soutenu par les associations professionnelles et économiques et les partis du centre et de droite (Vert’libéraux, PDC, PBD, PEV, PLR et UDC) – va employer les semaines à venir pour attirer l’attention des électeurs sur les inconvénients majeurs de cette initiative populaire inutile. Cela d’autant plus que la situation sur le marché du logement s’est fortement détendue depuis le lancement de cette initiative. Au cours des vingt dernières années, la Suisse n’a jamais compté autant de logements à louer qu’aujourd’hui. Les villes qui connaissent encore une situation tendue disposent déjà des outils permettant d’offrir davantage de logements d’utilité publique. Les cantons qui ont une politique du logement dirigiste n’ont pas un nombre de logements disponibles forcément plus élevé qu’ailleurs. Au contraire ! A Genève par exemple, les quotas et les droits de préemption démontrent leur inefficacité dès lors qu’au 1er juin 2019, le taux de logements vacants, de 0.54%, était l’un des plus bas en Suisse.

Affiches et dépliant

J’aimerais poser des affiches et distribuer des dépliants.

Nombre
Nombre
Nombre
Nombre

Vos données de contact

Restez informé de nos dernières actualités, abonnez-vous à notre newsletter !

Informations sur votre inscription à la newsletter

Vos données seront transmises et utilisées uniquement pour l'envoi de la newsletter.

Nous soutenir